THE TRUTH ABOUT POLAND – Demonstracja w Ottawie

SONY DSC

                               THE TRUTH ABOUT POLAND

                The horrible and absurd lies circulate about the situation in Poland, lies spread by the party which – in October 2015 – lost parliamentary elections. According to its statements, democracy in Poland is threatened by the new law on the public media and by the modifications to the law concerning the Constitutional Court. That’s a bald lie. We should say at the first onset that a democracy allegedly installed in 1989 is still a vain illusion in our country. Evoking Montesquieu’s principle of the separation of powers – always valid nowadays – we have to confess that it is not kept in Poland. There are not independent tribunals, still in 2007-2015 they followed dispositions sent by the Prime minister Tusk and his acolytes. It was the same with the public prosecutors, entirely submitted to the wishes expressed by the Civic Platform, ruling party, and not only for the investigation of the Smolensk crash ( in 2010) which killed 96 V.I.P.-s including the President Lech Kaczynski, but also discontinuing legal proceedings in many frauds if these crooks belonged to the elite or were members of the government. So called III Republic, established in 1989, was never a state of law and the victory in October 2015 can be seen as the spontaneous reaction to the overwhelming corruption flourishing under the previous government. Reaction of people who – respecting jurisprudence – voted for the party Law and Justice.

     The Constitutional Court ( set up in 1982 by general Jaruzelski, chief of the military junta and butcher of “Solidarity” during the martial law ) is still a refuge for some ex-members of the Communist Party ( PZPR) and even former secret agents. This anachronistic office doesn’t fulfill expectations of the democratic society of our time, therefore that Court deserved to be reformed for the benefit of citizens.

     The freedom of speech is not fully achieved and the public opinion is often manipulated, especially in the official TV or TV channels owned by foreign corporations. This deficiency of information is hardly balanced by some independent newspapers and by the Internet, however all that doesn’t allow to see the gravity of all problems which corrode our country. The abuses committed by the public TV were huge, also we should mention about 500 reporters fired during the rule of the Civic Platform, party presumably “liberal” and governing the country which claimed to be democratic.

    That’s why a new law about media, voted recently by the party Law and Justice, was absolutely necessary in order to assure the right to the freedom of speech and objective information.

     In the wider context, it is a conflict between Polish citizens – who wish to set aside the remnants of the communist past which was wisely done by the Czechs in 1989 -– and the Peereliens ( name given to the supporters and clients of the communist Poland, name refers to the abbreviation PRL) who still dream to extend their domination. These Peereliens, well organized in their old net of ex-secret services, destroy maliciously all Polish projects undertaken in order to establish a real democracy and to restore the true sens of ideas like “justice” or “law”, also “freedom – freaternity – equality”. Today in Poland it is above all “equality” which has lost any meaning: pensions paid to the former officers of security ( often sadistic executioners) surpass largely  (  ten times more ) the average pension of the ordinary citizen. III Republic is in fact a paradise for the former executioners to the prejudice of victims.

    In these circles you can find the most fervent enemies of the democracy, they fight against any plan of reforms which can improve our Republic ( coup d’etat in 1992, attempt failed in 2005-2007 ). Descendants of the functionaries – who terrorized Poland under Stalin’s rule – destabilize again our country and undermine the legal government, formed after the elections of October 2015.   “Gazeta Wyborcza” ( daily owned by Adam Michnik, his brother Stefan was one of the Stalinist hangmen ) is serving as a screen for the lobby of these “children of red dynasties” who use all slanders in their infernal game against the legitimate goals of the Polish state. They want to deprive us of the natural rights, proper to all nations.

     The origin of this political crisis goes back to the Round Table ( 1989) when Solidarity and opposition granted too many concessions to the communists, believing they will take part in the constructions of a new Poland. Unfortunately, crimes not punished stimulated new crimes. So, 25 years of so called III Republic ( in fact PRL-bis) abound in mysterious assassinations – disguised in suicides – which never were explained, nor judged. A morbid symbiosis, starting in 1995, between the government of SLD ( ex-communists ) and the mafia degraded deeply the state, later this corruption reached its peak under the government of the Civic Platform ( 2007-2015). A political murder becomes a frequent means of the political struggle in which many politics or generals perished. A “catastrophe” of the presidential plane in 2010  is a national tragedy. The investigation of that crash has been abandoned to Russians by Donald Tusk. It is a shame for his government and for his commission of “experts”.

     For some weeks we see how some obscure forces destabilize Poland. Their hysterical manifestations in the streets prove that Peereliens and their followers don’t accept the result of  election. Their totalitarian mind rejects the democracy, although they pose as democratic champions. However, they don’t renounce  their principal tool of political struggle which is a murder. During their manifestations children carry posters asking for the death of Jaroslaw Kaczynski, others suggest to kill Andrzej Duda, President of Poland recently elected. This macabre march towards crimes, exaltation of hatred and an obvious depravation of children don’t alarm European Union ? What they want to achieve these monsters, these aberrant demons ? Perhaps to launch a civil war in order to prolong their revolting devastation of our country ?  A task for the European Union should be to stop this hideous aggression instead of penalizing our legal government which tries to build a democracy in Poland.

Poles in defense of Europe and Poland

LA VERITE SUR LA POLOGNE

Les mensonges monstrueux circulent sur la situation en Pologne, mensonges répandus par le parti qui – en octobre 2015 – avait perdu les élections parlementaires. Selon ses dires la démocratie en Pologne serait menacée par une nouvelle loi sur les média et par les modifications de la loi concernant la Cour Constitutionnelle. Rien de plus faux. Disons d’emblée que la démocratie prétendument rétablie chez nous en 1989 est toujours illusoire. Or, déjà Montesquieu posait le principe de la séparation des pouvoirs qui – en Pologne – n’existe pas. Les tribunaux ne sont pas indépendants, encore dans les années 2007-2015 ils se pliaient à la volonté du premier ministre Donald Tusk et de ses collaborateurs. Il en était de même avec les procureurs, entièrement soumis aux ordres de la Plate-forme Civique, parti au pouvoir à l’époque ( et cela pas seulement dans l’enquête de Smolensk visant à trouver les causes du crash de l’avion présidentiel polonais ayant eu lieu le 10-4-2010 ), mais aussi annulant les poursuites judiciaires pour toute une série de malversations, quand et si les fraudeurs appartenaient aux élites ou bien au gouvernement. La soi-disant III République n’a été jamais un état de droit. Enfin de compte la victoire aux élections parlementaires d’octobre 2015 du parti Droit et Justice et de ses alliers politiques peut être comprise comme une réaction spontanée à la corruption colossale du gouvernement précédent, réaction d’un peuple qui souhaite que le droit soit respecté dans son pays.

La Cour Constitutionnelle ( érigée en 1982 par le général Jaruzelski, chef d’une junte militaire et boucher de la « Solidarité » pendant l’état de guerre ) est encore un refuge pour des anciens fonctionnares d’état, souvent ex-membres du parti communiste ( PZPR) ou bien des ex-agents secrets de la police politique Cet organe anachronique ne s’inscrit nullement dans l’époque actuelle et ne correspond certainement pas aux aspirations d’une société démocratique, postulée en 1989. Par conséquent, il méritait et devait être réformé afin qu’il puisse servir les citoyens.

La liberté d’expression , n’est pas encore pleinement acquise en Pologne et l’opinion publique est manipulée surtout par la télévision officielle et des chaînes de TV n’appartenant pas à l’état polonais. Ce manque d’informations est à peine seulement contrebalancé par quelques titres de presse libres et par Internet ; de ce fait, un certain pluralisme médiatique permet de comprendre la gravité des problèmes qui rongent notre pays. Les abus commis au sein des instances de la télévision publique étaient énormes ( sans parler d’environ 500 reporters licenciés à l’époque du gouvernement issu de la Plate-forme Civique ). C’est pouquoi une nouvelle loi sur les média, votée par le parti Droit et Justice, était nécessaire pour établir un équilibre de l’information dans ce pays qui se réclame de la démocratie.

D’une manière générale, c’est un conflit entre les Polonais – qui veulent faire disparaître les vestiges du passé communiste – et les Peereliens ( nom attribué aux clients de la Pologne communiste, « république populaire de Pologne », appelée en abréviation PRL). Ces Peereliens, bien organisés autour des ex-services secrets, sabotent sciemment toutes tentatives, tout projet polonais visant à établir une démocratie réelle et à restituer la vraie portée et la signification des notions restant encore que trop souvent une lettre morte chez nous ; notions telles que «la justice et le droit », mais aussi « la liberté – la fraternité –l’égalité ». A ce jour en Pologne c’est surtout « égalité » qui laisse à désirer : les retraites des anciens officiers de sécurité ( souvent des bourreaux sadiques ) dépassent largement, parfois dix fois plus, la retraite moyenne des citoyens ordinaires. La III République est en fait un paradis pour les bourreaux au détriment des victimes.

Ce sont justement ces milieux-là qui luttent le plus contre le projet d’une vraie démocratie et ce sont eux qui sabotent les tentatives d’une thérapie de la République ( le coup d’état en 1992, une tentative échouée en 2005-2007 ). Les descendants des aparatchiks qui terrorisaient la Pologne au temps de Staline ( groupés toujours autour de Adam Michnik, propriétaire et rédacteur en chef du quotidien Gazeta Wyborcza » ) déstabilisent encore une fois notre pays et s’insurgent contre le gouvernement légal, formé après les élections d’octobre 2015.

Ces ennemis de la démocratie utilisent toute calomnie afin de continuer leur jeu infernal contre les intérêts légitimes des Polonais. On veut nous priver de droits naturels, propres à toute nation.

L’origine de cette crise politique remonte à 1989, à la Table Ronde où la Solidarité et l’opposition ont accordé trop de concessions aux communistes. Hélas, les crimes non punis ont stimulé les crimes nouveaux. Les 25 ans de la soi-disant III République ( en réalité PRL-bis ) abondent en assassinats mystérieux – déguisés en suicides – et jamais expliqués, ni jugés. Une symbiose maladive, apparue vers 1995 entre le gouvernement de SLD ( ex-communistes ) et la mafia, dégrade profondément l’état et cette corruption atteint son apogée sous le gouvernement de Plate-forme Civique ( 2007 – 2015 ). L’assassinat devient trop souvent le moyen d’une lutte impitoyable dans laquelle périssent les politiques, les généraux etc. La « catastrophe » de l’avion présidentiel reste une tragédie nationale. L’enquête sur ce crash a été abandonnée aux Russes par Donald Tusk. Cela est une honte pour son gouvernement et pour les « experts » de sa commission d’enquête.

Depuis quelques semaines on voit bien que des forces obscures déstabilisent la Pologne. Leurs manifestations hystériques dans les rues prouvent que les Peereliens et leurs partisans n’acceptent pas le résultat des élections d’octobre. Leur esprit totalitaire rejette la démocratie, bien qu’ils se disent être ses défenseurs. En plus, ils ne renoncent pas à leur instrument de lutte politique principal à savoir l’assassinat. Pendant leurs manifestations les enfants portent les affiches demandant la mort de Jaroslaw Kaczynski, d’autres proposent d’assassiner Andrzej Duda, président récemment élu ! Cette morbide marche vers le crime, une exaltation de la haine et une dépravation des enfants n’inquiètent pas l’Union Européenne ? Que veulent-ils ces monstres, ces démons enragés ? Déclencher une guerre civile pour prolonger leur horrible dévastation de notre pays ? Le devoir de l’Union Européenne consiste plutôt à freiner leur agression au lieu de pénaliser un gouvernement légal qui essaie de bâtir la démocratie en Pologne.

Teksty przygotowane przez Polaków, udających się na demonstrację przetłumaczył Marek Baterowicz

Protest_Plakat_Ottawa_EU

Skomentuj

Wprowadź swoje dane lub kliknij jedną z tych ikon, aby się zalogować:

Logo WordPress.com

Komentujesz korzystając z konta WordPress.com. Wyloguj /  Zmień )

Zdjęcie na Google+

Komentujesz korzystając z konta Google+. Wyloguj /  Zmień )

Zdjęcie z Twittera

Komentujesz korzystając z konta Twitter. Wyloguj /  Zmień )

Zdjęcie na Facebooku

Komentujesz korzystając z konta Facebook. Wyloguj /  Zmień )

Connecting to %s

%d blogerów lubi to: